Résidence artistique : Un Passé Improbable 1

Les données numériques que nous fabriquons depuis des décennies sont une trace d'évènements passés. Stockées sur disques et serveurs, elles décrivent et renseignent sur des structures sémantiques historiques, qu'elles soient textuelles, visuelles ou sonores.

À l'image du futurisme, qui imagine des futurs utopiques, réinventer un passé imaginaire, probable ou improbable, est une voie qui demande à être explorée scientifiquement et artistiquement. Ceci est possible grâce à la modélisation mathématique des données numériques.

Générer et contrôler artistiquement des données similaires aux données patrimoniales est l'objectif de l'œuvre ouverte « Un Passé Improbable ». Une première étude a été réalisée dans ce sens lors de la résidence qui a eu lieu 20 au 25 mars 2018 à Dar Lasram II, avec Nicolas Montgermont, Jasper Kühn, Souheil Maâtoug et Anas Ghrab. Cette étude analyse les premières données collectées dans le cadre du projet « Notations du Malûf ». Étant au format numérique MIDI, elles contiennent les informations relatives aux mélodies. Ces données, qui représentent des mélodies dans les modes musicaux nawâ, sikâh, isbâayn et hsîn, sont alors modélisées par une chaîne de Markov de premier ordre, puis générées selon la probabilité d'apparition des notes.

Les textes du Malûf qui les accompagne est également au format numérique . Ses phrases s'affichent de manière aléatoire, mais synchronisée avec les sonorités synthétisées. Finalement, le spectateur déclenche les évènements sonores en tirant sur deux longues cordes non acoustiques.

Anas Ghrab

Un Passé Improbable 1

Production : FanTeK
Programmation sonore et visuelle : Nicolas Montgermont / Anas Ghrab
Programmation électronique / lumière : Jasper Kühn / Souheil Maâtoug

résidence 2 Résidence 3 Résidence 4 Résidence artistique : Un Passé Improbable 1 Résidence artistique : Un Passé Improbable 1 Résidence artistique : Un Passé Improbable 1 Résidence artistique : Un Passé Improbable 1